30 juillet 2009

LE SOURIRE COMME PRATIQUE

« Notre respiration est un pont reliant notre corps et notre esprit. Dans notre vie quotidienne, notre corps peut être ici et notre esprit ailleurs, dans le passé ou dans le futur – déconnectés. Cet état est appelé état de distraction.
Mais entre le corps et l’esprit il y a la respiration. Quand vous inspirez et quand vous expirez en pleine conscience, votre corps rejoint votre esprit, votre esprit retourne à votre corps et, tout à coup, vous réalisez l’état d’unité du corps et de l’esprit, et vous devenez très présent et très vivant dans ce moment.  Vous êtes alors en mesure de toucher la vie profondément à cet instant.


C’est quelque chose de très simple. Délicatement sans forcer, laissez l’air pénétrer. Juste conscient de l’air qui entre et sort, naturellement. Si l’esprit s ‘échappe, on le ramène à la conscience de la respiration, sans jugement et autant de fois que nécessaire. Il a tant l’habitude d’être libre de faire ce qui lui plaît, il finira par prendre l’habitude. et alors, maître de soi-même, la qualité de la présence augmente. La pratique de la respiration consciente doit être très agréable et légère
Cet exercice peut être utilisé chaque fois que l’on sent qu’il n’y a pas assez de calme dans notre corps ou dans notre esprit.

« Pourquoi devrais-je sourire s’il n’y a pas de joie en moi ? »


Sourire est une pratique. Il y a des centaines de muscles sur notre visage et quand on se sent en colère ou quand on a peur ces trois cents muscles sont tendus et on se sent mal. Mais si on respire et si on sourit, la tension peut s’en aller très facilement. C’est ce qu’on peut appeler le yoga de la bouche. On ne doit pas être joyeux pour sourire. On sourit et la joie vient après. Il y a des moments où la joie produit le sourire. Le sourire est la conséquence. Mais il y a des moments où on produit un sourire comme cause et alors la relaxation, le calme et la joie deviennent l’effet.
Pratiquer le sourire pour soi-même, être doux avec soi-même, s’aimer et prendre soin de soi parce que c’est alors que peut commencer la transformation. Si je ne prends pas soin de moi qui le fera, qui sait mieux que moi ce dont j’ai besoin, si je ne sais pas prendre soin de moi. comment pourrais-je prendre soin de quelqu’un d’autre. Avoir de la compassion pour soi, prendre soin de soi est une pratique très importante. Quand vous êtes fatigué, en colère, désespéré, sachez  retourner à vous-mêmes et prendre soin de votre fatigue, de votre colère, de votre désespoir. »

                                            Interprétation libre d’un texte de Thich Nath Hanh

Comme l’acteur qui se compose un rôle auquel nous, spectateurs croyons, composons nous un visage serein, une pensée sereine et la joie pénètre et irradie partout à l’intérieur du corps, l’apaisement vient, le bien-être s’installe.

Il ne s’agit pas de se forcer, mais de lâcher_prise avec la colère, la tristesse ou tout autre sentiment qui nous gâche la vie.

Soyons Acteur de notre vie, décidons de ce que nous voulons vivre.

Posté par qi gong le lotus à 16:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur LE SOURIRE COMME PRATIQUE

Nouveau commentaire